Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Projet : "Production coopérative de lessive à partir de la cendre de bois"

L'ASQP souhaite s’engager à accompagner tout type de projet issu de l’économie solidaire et du développement durable s'inscrivant dans les territoires des quartiers Sedaine-Popincourt, Truillot et Fontaine au roi, et plus généralement dans le XI° arrondissement de Paris.

Dans le cadre de son atelier "projet en économie sociale et solidaire", qui se tient tous les derniers mardis du mois se réunissent un groupe de personnes en relation avec l’association l’ASQP (Association Sedaine Quartier Popincourt) et avec le collectif Babel Pop ( Bastille, République, Popincourt) afin de recevoir les porteurs de projets solidaires pour le territoire du 11e. L’objectif est d’apporter, en fonction du projet, un soutien à sa création ou développement selon une grille de critères.  

 
 
fire-2096446_960_720.jpgLes lessives industrielles, même dites « écologiques « , rejettent des éléments nocifs et polluants (en particulier les phosphates). 

La cendre de bois contient de la potasse — composé chimique dérivé du potassium — qui est une base de détergent. La cendre de bois peut être facilement transformée en une lessive 100 % naturelle et d'une efficacité remarquable !

Le projet ? Il s’agit de la production coopérative de lessive à partir de cendre de bois. C’est un système qui précéda les lessives industrielles et qui fonctionne parfaitement à moindre coup. Elle permet également d’optimiser les déchets. 
 
Combien de parisiens se chauffent au bois ? Que font ils de leur cendre? Ne serait il pas astucieux pour eux que l’on vienne récupérer leur cendre? Un diagnostic de ce marché serait à faire? 
 
Pour réaliser cela, à froid il faut quelques heures. Un temps de récupération d’octobre à mars serait à réaliser. Bien savoir si ce liquide de cendre peut être préservé quelques mois, sans quoi ce serait un marché saisonnier au pire. 
 
Qui se chauffent au bois? Qui connait quelqu’un qui le fait à Paris? Débuter par une liste, des statistiques de consommation et des désidératas quant à la récupération.
 
Je pense qu’il serait bien de favoriser la vente en vrac pour ne pas pousser à la consommation de plastique. Des contrats pourraient être réalisés avec des laveries, et des parfums ajoutés selon les besoins pour une vente sur place ou en livraison. Mais tous les commerces, resto, laveries, commerces….pourraient y être intéressés. Ainsi que quelques particuliers soucieux de leur portefeuille et de la planète. 
 
Qui serait partant pour un tel projet ? La laverie - retoucheriez veulent ils jouer le jeu? Je serais dispo pour aider à réaliser l’étude de marché et concevoir avec les partants le mode d’organisation. 
 
En complément au projet de d'Ecoretoucherie collaborative, je crois qu’un projet d’économie circulaire pourrait se greffer écologiquement. 
 
Le porteur de projet :   
 
Cyril de Koning

Les commentaires sont fermés.